CyberRace

CyberRace est un jeu de course solo futuristedéveloppé et publié par Cyberdreams en 1993 pour MS-DOS . Il comporte des véhicules de voiture volants , appelés traîneaux, conçus par le concepteur industriel Syd Mead .

Le jeu Cyber ​​Speedway de 1995 est une suite spirituelle de CyberRace . [1]

Terrain

Dans le manuel du jeu, le réglage de l’arrière-plan de l’univers du jeu est indiqué. Il existe deux principaux empires rivaux : Terra et Kaladasia. Après que la galaxie a été presque détruite, les batailles de guerre ont été remplacées par la compétition de course. Le joueur dans le rôle de Clay Shaw est forcé de devenir un pilote de traîneau pour l’équipe Terran, car sa petite amie est détenue par un agent Terrien nommé Dobbs. Terra veut que Shaw devienne pilote parce que son père, John Shaw, était un pilote connu et couronné de succès, et on espère que Clay deviendra aussi bon.

Gameplay

Le joueur peut choisir les options de stratégie et l’équipement pour le traîneau avant la course. Les courses se déroulent sur différentes planètes qui servent de toile de fond aux circuits de course. Le joueur doit faire voler le traîneau le long du circuit pendant plusieurs tours, le nombre de tours augmentant avec la progression dans le jeu. Le joueur et les concurrents générés par ordinateur peuvent utiliser des armes (par exemple des missiles) et des boucliers.

Version

CyberRace a été publié en deux éditions: sur six disquettes de 3 ½ pouces et sur un disque compact . Les deux paquets inclus un manuel, une carte de référence rapide, un petit modèle en plastique d’un traîneau de course et une carte signée par Syd Mead. Comme le jeu a été programmé pour DOS, il n’est généralement pas possible de le jouer sur des PC modernes sous des systèmes d’exploitation modernes sans l’utilisation d’un émulateur tel que DOSBox .

Réception

Computer Gaming World a déclaré en février 1994 que CyberRace était «principalement actif», mais qu’avec Mead aidant à développer l’histoire, «l’histoire elle-même peut éclipser le jeu», avec «un fort attrait parmi les fans de science-fiction et les passionnés de course» . [2] Une revue plus longue en mars 1994 a décrit les graphiques comme “spectaculaires … étonnants” et la course comme “beaucoup d’amusement”, quoique “assez facile” après le temps. Il a rapporté, cependant, que CyberRace n’était pas à la hauteur du battage médiatique d’un jeu “de la part de l’homme qui vous a amené Blade Runner», affirmant que l’influence de Mead n’était visible que dans les modèles de traîneaux et que la bonne voix ne compensait pas une mauvaise écriture, une animation non-racing et pas assez de test de jeu. Le magazine conclut que« CyberRace est un simulateur de course un assez faiblement construit et exécuté cadre narratif ». [3] en Avril 1994 , la revue a déclaré que « Alors que la course peut être légèrement intéressant … un complot sans intérêt et les personnages ne parviennent pas à maintenir l’ intérêt, malgré quelques illustrations assez propre ». [4 ]

Références

  1. Aller^ ^ “Grand Chaser”. Nouvelle génération . Imagine Media (4): 65. Avril 1995.
  2. Aller^ ^ “Prenant un coup d’oeil” . Monde des jeux informatiques . Février 1994. pp. 212-220.
  3. Aller en haut^ Schuytema, Paul C. (mars 1994). “Allez, allez les coureurs de Syd” . Monde des jeux informatiques . pp. 48,50.
  4. Aller^ ^ “Invasion des Data Stashers” . Monde des jeux informatiques . Avril 1994. pp. 20-42.